W...is..HH

 

Création chorégraphique, 50 min / 2 danseurs

Première représentation Visages du Monde - Cergy / 8 février 2019

 

Sébastien Petit et Marie Phliponeau développent deux arts qui entretiennent des liens de gémellité. La création chorégraphique W…is…HH explore les voies parfois parallèles, parfois opposées qui réunissent ces deux artistes.

 

WUDANG VS HIP HOP

 

Les Arts Martiaux internes de Wudang s’inscrivent dans le berceau des Arts énergétiques thérapeutiques et alchimiste Taoïste. Ils se développent comme des compositions de notes qui se combinent pour réunifier le corps et l’esprit. Ils intègrent la médecine traditionnelle chinoise : le corps est pensé comme un corps à soigner, à équilibrer, à protéger des maladies. Cet Art développe des techniques de respiration, de visualisation ainsi qu’un entraînement pour le renforcement corporel et l’assouplissement. Ecouter et ressentir, pour interagir avec ce qui nous entoure est essentiel. C’est prendre conscience de son être, de la cellule jusqu'à l’enveloppe corporelle. La mise en pratique de ces principes des Arts Martiaux se traduit par un système codifié de gestes, de mouvements, de déplacements.

La danse Hip Hop s’est développée comme une contre-culture dans des espaces périphériques où les individus se sentaient relégués et isolés. Les danses urbaines ont un rapport à l’urbanité et au contemporain très fort. Les danses urbaines se nourrissent des formes artistiques qui les environnent et intègrent les éléments qui circulent aujourd’hui dans les grands centres urbains du monde entier. Elles ajoutent, retranchent, développent, effacent, recréent, ….recomposant indéfiniment leur architecture. Le corps du danseur est toujours le lieu d’une tension entre subjectivité et appartenance au groupe, ente liberté et respect des codes.

La création chorégraphique W…is…HH met face à face deux pratiques corporelles qui évoluent dans des mondes distincts. Comment alors les faire communiquer sur scène ? Comment les « mettre en scène », leur faire partager le même espace ?

Le développement et la transmission de l’Art du Wudang se fait dans un cadre ritualisé et codifié (salles d’arts martiaux, écoles, temples taoïstes,…). On apprend pour améliorer son état corporel et on transmet pour apporter un mieux-être.

La danse hip hop, elle, est une forme de célébration collective, ritualisée, où le danseur/la danseuse s’exprime au milieu de ses pairs (blockparty, battle, concours chorégraphiques,…). On danse pour entrer dans une vibration, on glisse son corps dans des formes corporelles qui circulent dans les espaces urbains, on utilise des mouvements qui sont autant de codes et de signifiants pour ceux qui les regardent.

W…is…HH est une circulation entre ces deux mondes, où les règles ne sont pas les mêmes, où les individus n’expérimentent pas la même chose, où les artistes n’ont pas la même connexion au monde, où les corps ne sont pas mus par la même énergie.

 

Le Wudang s’inspire de la nature en observant l’espèce animale/le règne végétale. La danse Hip Hop s’inspire de l’urbanité en intégrant des techniques corporelles, des « attitudes »,  des nouvelles gestuelles, des nouvelles musicalités, les deux pratiques ont un horizon commun. Elles puisent leurs ressources dans leurs environnements et mettent en place un vocabulaire corporel qui nourrit leur art.

W…is…HH cherche à découvrir des alliances possibles dans les postures, les gestes, les rythmes qui viendront nourrir les inspirations chorégraphiques des deux artistes.

+ W…is…HH  est la RACINE

L’ancrage dans la terre, la connexion du corps à l’univers, la mécanique du mouvement, la compression du temps ou son ralentissement. Ces principes de vie sont condensés et contenus dans les corps de l’artiste de Wudang et de la danseuse Hip Hop. L’énergie wudang et l’énergie hip hop entrent en résonnance, certes, mais elles entrent également en dissonance.

Hip Hop et Wudang génèrent un mouvement qui accepte et qui intercepte, un mouvement qui propulse et qui produit. Recevoir et concevoir, voilà des termes qui s’associent dans ces deux pratiques. Un art commun du mouvement existe, utilisant la puissance et la force comme la grâce et la souplesse. D’un mouvement sensuel peut naître un mouvement explosif. De formes tonique/solide/tranché peuvent naître des formes  liquides/vaporeuses/malléables.

+ W…is…HH est la PUISSANCE

Wudang et Hip Hop sont deux arts corporels qui mobilisent la force et la puissance du corps.  

Puisée au centre des corps et propulsée à l’extérieur, guidée de la terre vers le ciel/du ciel vers la terre, la puissance circule dans les corps. Quelle est la source de cette puissance et quelle est sa forme? Comment est-elle ressentie et que produit-elle dans les corps ?

La puissance peut être destructrice comme elle peut libérer. Les états d’être et les états d’âme peuvent être source de désordre émotionnels/corporels qui peuvent se retourner contre le corps. Wudang et Hip Hop sont composés de cette matière instable.

+ W…is….HH est le COMBAT

La Danse urbaine s’exprime comme un langage, se développe comme un duel, de soi face à soi, de soi face aux autres, de soi face au monde.

L’Art martial s’exprime comme une musique et simule un combat réel face à soi-même.

Je danse et je lutte pour me défier et défier les autres, pour vaincre mes adversaires et rivaliser avec les performers. Au fur et à mesure, un vocabulaire apparaît, ouvre un champ de possibles pour de nouvelles écritures : simuler, défier, s’associer, rivaliser.

 

WUHIPHOP

 

W..is…HH explore les voies de la rencontre par le geste, le mouvement, l’écriture chorégraphique.

La rencontre c’est comprendre l’autre, c’est se mettre à sa place, mais c’est également se confronter à la différence jusqu’à pouvoir l’intégrer à sa propre identité.

Notre singularité et notre expérience propre créent notre langage corporel. Si nous occupons l’espace scénique c’est pour évoquer la rencontre, la relation, l’approche. Nos corps et gestuelles entrent en contact, vivent une interférence et créent la dramaturgie.  Ils se testent, se cherchent, parfois se confondent ou s’opposent.

L’écriture chorégraphique de W..is..HH travaillera autour de la notion de distance, quelle distance entre moi et l’autre, comment garder ma singularité, comment m’enrichir de ce que l’autre m’amène, comment ne pas devenir l’autre - et accueillir ou repousser sa proposition. Les jeux chorégraphiques développés entre les deux corps feront naître des situations de défi et d’inconfort où chacun devra s’affranchir de ses croyances, de ses schémas et de ses habitudes corporelles pour développer un code commun : situation de face-à-face, de coïncidence, d’opposition, de domination, de collision, de négociation, de changement de peau.

Quel hybride naîtra de la rencontre W…is…HH ?

Distribution

chorégraphie et interprétation  Sébastien Petit et Marie Phliponeau

regard extérieur  Frédéric Le Van

création lumière  Josselin Beliah

création sonore Théo Cardoso

création costume Cécile Recoquillon

Partenaires

coproduction  Ville de Cergy - Visages du Monde

production déléguée  La Tambouille

partenaires   avec le soutien du Laboratoire Chorégraphique de Reims / la compagnie To Mix or Not a bénéficié de la mise à disposition de studio au CND Centre national de la danse / Ville du Kremlin- Bicêtre / Pôle Danse des Ardennes - Sedan / Programme POLENOVO A.I.R. / Institut Français Russie

remerciements  Curry Vavart

Crédit Photos

Emilie Blondy